S.Bedoret remporte les Boucles Clavieroises 2019


18 février 2019

Le championnat a recommencé ce dimanche lors des Boucles Claviéroises. La bonne centaine d’engagés a arpenté quatre spéciales autour de Clavier sous un soleil printanier.

Logiquement, Sébastien Bedoret a imposé sa Skoda Fabia R5 quelques jours avant le début du championnat national. Pleine de rebondissements, la course en D1-2-3 a finalement souri à Corentin Tordeurs qui gagnait son premier rallye. Quant aux spectaculaires véhicules historiques, Vincent Cornet a survolé les débats en PH/SR imité par Etienne-Philippe Courtin dans le classement réservé aux PH/Classic.

Disputé dans des conditions idéales vu la météo de ces derniers jours, les Boucles Claviéroises ont ouvert le championnat de la Fédération Wallonie-Bruxelles des Rallyes. Venu tester en conditions réelles avant le rallye Haspengouw qui aura lieu ce samedi, le pilote officiel Skoda Belgique, Sébastien Bedoret a remporté la victoire avec sa Skoda Fabia R5.

En s’imposant avec plus de quatre minutes d’avance, il précédait Dominique Jullien (Mitsubishi Lancer Evo9) qui n’avait plus roulé en conditions de course depuis le Condroz 2015. Sans faire d’erreurs, Johnny Vanzeebroeck (Lancer Evo10) grimpait également sur le podium. Premier de ceux qui auront crevé sur les parties parfois cassantes de l’épreuve, Jean-Frédéric Colignon (Lancer Evo9) précédait même Jullien après la première boucle. En signant directement le deuxième meilleur temps avec une Porsche 997 GT3, Pascal Gaban ne ratait pas son retour mais était également victime d’une crevaison. Aux portes du top 5, Alexandre Guillemin (Nissan 350Z) précédait l’autre Fabia R5 de Vincent Prégardien. Juste derrière, Olivier Nicolay (et sa mélodieuse BMW M3) devançait la Ford Fiesta de Thierry Gilain qui remportait la classe 12.

En divisions 1-2-3 où les pneus de tourisme sont obligatoires, Thomas Delrez (Renault Clio) prenait les commandes après le forfait de dernière minute de Manu Bouts et son Opel Astra. Malheureusement, Thomas crevait également et préférait s’arrêter pour préserver sa monture en vue de la suite de la saison. A ce moment c’est Emmanuel Graux qui impressionnait et prenait l’avantage avec une autre Clio. Malheureusement, le pilote de Terwagne effectuait une petite erreur qui lui coûtait la victoire et le repoussait à la cinquième place finale. Tout au long de la journée, le revenant Laurent Delvaux (Astra) parvenait à remonter vers la deuxième marche du podium. Quant à la victoire, elle se jouait finalement entre deux références de la classe 6 avec leur Clio, à savoir Laurent Cravillon et Corentin Tordeurs. Malheureusement, Laurent rencontrait des soucis moteur dans la dernière qui l’empêchait de jouer aux avant-postes. Non loin de ces derniers, Eric Nandrin (support de boîte cassé sur sa Clio) était également dans le coup au même titre que l’impressionnant Julien Fossion (Opel Corsa) qui précédait même Delvaux et Tordeurs dès la première spéciale.

Finalement, c’est à une superbe quatrième place qu’il rejoignait l’arrivée tout en gagnant sa classe 9. Derrière lui, dans cette classe disputée, Bruno De Wilde (Honda Civic) prenait l’avantage sur David Schmetz (Peugeot 106). A la huitième place, François Barbé remportait sa classe 11 devant Charles Godelet (106), vainqueur d’une 2-5 réservée aux 1600cc d’une division où les véhicules sont moins préparés. Dans cette catégorie, Laurent Wilkin abandonnait trop rapidement (moteur sur sa DS3 Hdi) au même titre que Loïc Dumont (souci mécanique sur la 106). Après l’abandon de Grégory Vanherle (souci électrique sur la 106), c’est l’étonnant Jéremy Richy (106) qui gagnait la 3-8, tout en s’installant dans le top 15 pour son premier rallye ! Enfin, Vincent Piot (Skoda Fabia) s’imposait en 2-4.

Du côté des historiques, Vincent Cornet faisait très fort en PH/SR où les véhicules ne sont plus conformes à la fiche d’homologation de l’époque. Il dominait ce troisième classement général avec son Opel Ascona. En signant quelques fameux chronos face aux modernes, il précédait Bernard Lecocq (BMW 323i) ainsi que Jean-François Gilles (BMW E30) sur le podium. En PH/Classic, Etienne-Philippe Courtin remontait progressivement vers la victoire sur un podium rempli de Ford Escort avec celles de Sébastien Commencais et Luc Savigny. Devant, en début de début de course, Michael Lottefier cassait malheureusement le pont de son Opel Kadett.

SPORT 7 & com
Photo : Jack Guisset