Fin de saison tous azimuts pour BMA !

02 décembre 2018

Le rideau est tombé sur la saison sportive 2019, et dans le clan BMA de Bernard Munster, ce dernier week-end de course fut particulièrement haletant, avec une omniprésence sur trois fronts différents.

A commencer par le Rallye du Var, traditionnelle finale de la compétition nationale française sur asphalte, dont l’édition 2018 a été marquée par des conditions météorologiques absolument catastrophiques, la tempête sévissant trois jours durant sur la région de Sainte-Maxime. Pas de quoi faciliter la tâche du vice-Champion de l’ADAC Opel Rallye Cup 2018, Grégoire Munster, présent au départ en compagnie de Louis Louka sur une Peugeot 208 concourant dans la populaire et compétitive 208 Rally Cup.

Pour son premier rallye de type ‘montagne’, avec un parcours n’étant pas sans rappeler certains tronçons du Rallye de Monte-Carlo, Grégoire Munster savait que la tâche ne serait pas simple, notamment face à une concurrence ayant une expérience certaine de cette épreuve atypique, unanimement considérée comme l’une des plus difficiles de la compétition hexagonale. « Et ce ne sont certainement pas les conditions dantesques du week-end dernier qui ont facilité notre apprentissage, commente Grégoire. Si les deux premières spéciales de vendredi se sont plutôt bien passées, avec des chronos dans le top 6 de la 208 Rally Cup, tout s’est compliqué par la suite. Après l’annulation de l’ES3, nous avons en effet crevé dans l’ES4. Or, en France, toute crevaison est très pénalisante, car il faut marquer à l’avance les… 8 pneus que l’on va utiliser sur le rallye. Comme les prévisions météo étaient moins pessimistes pour le dimanche, nous avons misé sur 6 pneus pluie et 2 pneus pour revêtement sec. Mauvaise pioche, car il n’a jamais fait sec, et re-malchance le samedi, avec une deuxième crevaison ! Résultat : nous avons dû disputer tout le rallye avec quatre pneus pluie, dont les avant, usés jusqu’à la corde, ont fini par être remplacés par… les enveloppes pour le sec, les seules qui nous restait ! Inutile dans ces conditions d’espérer quoi que ce soit. Au total, on a perdu plus de 10 minutes et toute chance de bien figurer, mais à l’instar du Barum Rally cette année, ce Rallye du Var a constitué une expérience intéressante de roulage dans de telles conditions. Cela nous a obligés à adapter nos notes en permanence, mais au-delà du résultat frustrant, je ne regrette nullement le déplacement… »

De son côté, Andrée Hansen, la compagne de Bernard Munster, retrouvait avec délectation l’habitacle de la superbe Renault 5 Turbo Gr.4 du Français Paul Chieusse dans l’annexe historique. En dépit de l’un ou l’autre choix de pneus délicat et d’une rampe de phares éprise de liberté, le duo franco-belge n’a pas rencontré de souci majeur, de quoi positionner la belle jaune et noire dans le top 5 de l’annexe Historique. Prometteur pour la suite, et notamment les Legend Boucles @ Bastogne en février prochain, qui figurent habituellement au programme de Chieusse.

Premier accessit pour Patrick Snijers avec la Fabia R5

Après avoir décroché le titre de Champion de Belgique des Rallyes en catégorie R-GT au volant de la bien connue Porsche 997 GT3 BMA et fait l’impasse sur le Rallye du Condroz-Huy, Patrick Snijers s’est fait plaisir pour cette clôture de la saison sportive en alignant au départ des 6 Uren van Kortrijk l’une des Skoda Fabia R5 de l’équipe de Thimister-Clermont. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’ex-Champion d’Europe des Rallyes s’est bien adapté à sa monture aux couleurs de son partenaire Maes Containers, quand bien même il perdait beaucoup de temps dès la première spéciale, gêné par un concurrent n’ayant visiblement pas aperçu la Skoda BMA, mais en maculant le pare-brise et les phares d’une épaisse couche de boue ! Résultat : 30 secondes perdues pour entamer les débats !

Snijers, copiloté par Davy Thierie, faisait alors ce qu’il avait à faire, multipliant les performances de choix, signant même un temps scratch, pour finir logique dauphin de Vincent Verschueren, au volant d’une autre Skoda Fabia R5 qu’il dompte toute la saison dans le Belgian Rally Championship. Mission allègrement accomplie donc pour Patrick Snijers, qui peut dresser un bilan plus que satisfaisant de la saison écoulée.

A Courtrai, Damien Strobbe, qui n’est autre que le neveu de Bernard Munster, s’est lui aussi fait plaisir au volant de l’Opel Adam Cup habituellement pilotée par Grégoire Munster en Allemagne cette saison. En compagnie de Patrick Fleurackers, il n’avait d’autre ambition que de prendre du bon temps. Mission accomplie là aussi…

Vincent Prégardien aussi en Fabia R5 au Rallye des Crêtes

L’acte trois de l’équipe BMA se passait du côté de Bellevaux, sur le territoire de Malmedy, lors d’un Rallye des Crêtes au parcours unanimement apprécié, également rendu très compliqué par les conditions météorologiques. Souvent vu au volant de sa Ford Escort MK2 durant la saison, Vincent Prégardien prenait pour la deuxième fois le volant de l’une des Skoda Fabia R5 BMA, avec Grégory Durant à sa droite. N’ayant nullement pour ambition de revendiquer la gagne face à des adversaires évoluant régulièrement aux commandes de bolides puissants de la Division 4, le pilote ne s’est jamais emporté. Sa 4ème place au classement général, à une bonne minute du podium final, constitue dès lors un résultat aussi logique que satisfaisant… surtout au vu des conditions rencontrées dimanche à Bellevaux, où l’important était déjà de ne pas partir à la faute ! On reverra Prégardien au volant du bolide tchèque à l’avenir.

Du côté de l’équipe BMA, on va maintenant pouvoir se poser au terme d’une saison haletante, couronnée par le titre de Kris Princen en Championnat de Belgique des Rallyes, la couronne de Champion de Grégoire Munster en Junior BRC et de vice-Champion en ADAC Opel Rallye Cup, sans oublier le titre de Patrick Snijers en catégorie R-GT du BRC. Comme annoncé, l’avenir à court terme passera notamment par la nouvelle Volkswagen Polo GTI R5, dont deux exemplaires sont attendus dans les ateliers de Thimister-Clermont dans les prochains jours. Il sera dès lors temps d’échafauder les projets en vue de 2019. On vous en reparle…

SPORT 7 & com
Photo : Michel Laboureur