P.J.M. Cracco revient sur son Sezoens Rally 2018

23 mai 2018

Pieter-Jan Michiel Cracco a encore fait la démonstration de son potentiel dans le cadre de la 42ème édition du Sezoensrally. Avec la Ford Fiesta R5 aux couleurs de JobFIXers, il a signé par trois fois le 3ème temps en spéciale, deux fois à une fraction de seconde du scratch.

Cela aurait pu être la première fois cette saison que le meilleur temps n'est pas réalisé par un pilote Skoda. Cela donne une idée de la vitesse de progression du jeune Flandrien (22 ans) car c'était la première fois qu'il s'alignait sur une voiture de pointe sur le 'maaskiezel' limbourgeois.

La course avait pourtant débuté par un gros coup de malchance pour le représentant de JobFIXers. Dans le tout premier chrono, la spéciale-show de De Hees, Pieter-Jan Michiel et son copilote Jasper Vermeulen ont dû s'arrêter pour remplacer une roue crevée. L'opération leur a coûté près de 5 minutes. Tout espoir de signer un bon résultat s'envolait d'emblée puisqu'ils devaient se lancer dans une course-poursuite depuis la 53ème place... 

"Dès le premier tour de ce "circuit", nous avons crevé à l'arrière,"regrettait Pieter-Jan Michiel au premier regroupement à Bocholt. "La distance jusqu'à l'arrivée était trop importante pour poursuivre avec le pneu crevé. Après cela, j'ai dû retrouver la motivation car il devenait impossible d'encore décrocher un bon résultat. Mais le principal était finalement de prendre ses marques sur ce fameux 'maaskiezel'. Car c'est vraiment quelque chose de particulier. Au début, il était difficile de trouver où freiner idéalement et d'être efficace sur le plan de la motricité en sortie de virage."   

Mais au fil du temps, les chronos de la Fiesta JobFIXers, repartie en 37ème position pour la 2ème boucle, s'amélioraient. Aux deux-tiers de l'épreuve, Pieter-Jan Michiel était déjà remonté à la 17ème place, en ayant signé au passage un 4ème temps à Steenberg et un 5ème à Goolder. "Pieter-Jan Michiel s'est déjà bien amélioré,"commentait son copilote Jasper."Au début, il plongeait trop tôt dans les cordes et sur ces galets roulants, nous glissions trop vers l'extérieur. Et quand il utilisait le frein-à-main, la trajectoire s'élargissait trop. Maintenant, nous rentrons un peu plus lentement dans les virages et Pieter-Jan réaccélère le plus tôt possible. Il faut acquérir la confiance qu'il est possible de trouver du grip dans les traces."

  

Dans la dernière boucle, Pieter-Jan Michiel avait manifestement trouvé cette confiance. En signant par trois fois le 2ème temps, et un 3ème à Veldhoven, il s'imposait même comme le 3ème meilleur 'performer' de l'épreuve derrière le duo de pointe Verschueren-Princen. "Je suis très content des chronos que j'ai réalisés. Cette fois, Jasper m'a bien montré les temps dès le début,"souriait Pieter-Jan Michiel à l'arrivée, tout en recevant les félicitations de Freddy Loix, son ancien coach. "Je pense que notre approche est la bonne. Nous prenons d'abord le temps d'apprendre, pour ensuite hausser le rythme progressivement. Ce 'maaskiezel', c'est vraiment très spécial. J'ai déjà disputé quelques rallyes sur terre, notamment le Rallye du Portugal en WRC, mais là, on roule avec une suspension spécifique et des pneus 'terre' qui procurent presqu'autant de grip que des pneus normaux sur l'asphalte. Ici, nous devons débouler à haute vitesse sur les galets avec des pneus qui n'offrent quasiment aucun grip. Il m'a fallu un peu de temps pour m'habituer aux sensations que cet exercice procure et pour acquérir la technique idéale pour les freinages dans ces conditions. Je ne pensais pas que je pourrais signer quelques chronos aussi proches de ceux de Princen et de Verschueren. Nous sommes passés tout près d'un scratch!"   

Voilà qui promet car, pour le Renties Ypres Rally, Pieter-Jan Michiel veut se préparer à fond. Rendez-vous donc fin juin dans le Westhoek pour l'épreuve de pointe du calendrier belge des rallyes.

SPORT 7 & com
©photos : www.henssentony-photographie.be